25.12.2018     0
 

Premiers secours en cas d’électrocution


Assurément, un grand nombre de personnes au moins une fois dans leur vie ont subi un léger impact du courantl. Par exemple, étant petit, beaucoup ont mené une expérience avec un goujon (ou un autre objet pointu) et une douille. En fait, il existe de nombreuses situations dans lesquelles une personne peut être exposée au stress, mais heureusement, dans de très rares cas, cela s’accompagne de conséquences graves et de blessures. Néanmoins, il est impossible de traiter cela avec négligence et avec mépris. Bien que cela soit peu fréquent, le résultat d’un choc électrique peut être très déplorable: selon les statistiques, 140 000 à 150 000 passages de circuits électriques dans le corps humain seraient responsables d’un décès.

Après avoir assisté à une telle situation, il est nécessaire de fournir immédiatement les premiers secours à la victime. Il faut savoir qu’une personne sous l’influence d’une forte tension et ne montrant apparemment aucun signe de vie est dans un état de «mort imaginaire». Ce terme définit un trouble fonctionnel temporaire du corps, duquel la victime peut être enlevée, fournissant correctement les premiers soins avec le respect de toutes les précautions.

Rappelez-vous: il est très dangereux de toucher une personne électrocutée, car il est possible que les personnes aidantes soient touchées.

La libération de souffrant du courant

Pour libérer une personne du courant, il suffit d’éteindre l’installation électrique ou sa partie séparée, pour laquelle la victime tient. Lorsque vous débranchez un appareil, gardez à l’esprit que tout l’éclairage peut ne plus fonctionner. C’est pourquoi vous devez disposer d’une source de lumière supplémentaire (lampe de poche, bougie, etc.).

Bien sûr, vous ne pouvez pas éteindre l’installation électrique dans toutes les situations. Par conséquent, il est nécessaire de fournir les premiers soins afin de ne pas recevoir un choc électrique vous-même. Par exemple, à une tension ne dépassant pas 400 V, il est permis d’éloigner un blessé de la source de courant en saisissant des vêtements secs. En aucun cas, ne peut pas prendre les zones exposées du corps, un chiffon humide et des chaussures. S’il existe des dispositifs de sécurité électrique à proximité, notamment des gants diélectriques, des couvre-chaussures ou des tapis en caoutchouc, des dessous de verre, veillez à les utiliser. Il arrive souvent que la personne blessée dans un étourdissement embrasse le chef d’orchestre. Dans ce cas, le fil doit être coupé avec un objet pointu doté d’une poignée isolée, telle que du plastique ou du bois.

En cas de choc électrique provenant d’une installation électrique avec une tension supérieure à 1000 V, vous devez utiliser uniquement des équipements spéciaux: une tige isolante et une pince isolante. Il est important de connaître les règles d’utilisation de ces protections.

Si une personne touchée par un choc tombe au sol, il est nécessaire de placer un contreplaqué sec ou une planche en dessous.

L’assistance après la libération du courant

Après qu’il y avait une libération complète de la personne souffrant du courant, s’établit le degré de la défaite, à la base de qui il y a une aide ultérieure. Il y a des situations, quand la personne se trouve dans l’état de choc, mais ne perd pas connaissance de plus et n’a pas aucuns traumas sérieux. Dans tels cas on doit assurer le repos absolu qu’aidera à se reposer et il est plus rapide de reprendre connaissance. Aux contusions, les fractures, les déboîtements, les brûlures reçues à la chute, il est nécessaire de donner la première assistance médicale avant l’arrivée des médecins ou en présence de la possibilité de livrer la victime au poste de secours médical plus proche.

À l’évanouissement, mais la préservation de la respiration à la victime est l’aide suivante :

  • sous la personne on met le tissu égal mou (les vêtements, la couverture etc.);
  • se déboutonnent les détails étroits des vêtements (les portes, la zone, la manchette), et les vêtements étroits se photographient entièrement;
  • il est nécessaire de nettoyer la cavité buccale des caillots accumulés du sang, la mucosité;
  • la réduction au sentiment à l’aide de l’ammoniaque ou pulvérisation par l’eau froide;
  • on assure l’affluence de l’air frais;
  • il faut bien frotter le corps pour que se normalise le courant du sang.

La situation la plus terrible est l’absence des signes de la vie, à savoir : la respiration, le pouls, les pupilles élargies. Dans telles situations il est nécessaire instantanément de se délivrer des vêtements trop étroits empêchant la respiration normale, nettoyer la cavité buccale et immédiatement produire la respiration artificielle, ainsi que le massage du coeur.

Respiration artificielle

Il existe deux manières de pratiquer la respiration artificielle: le matériel et le manuel. Le dispositif portable manuel RPA-1 est considéré comme le plus efficace et le plus pratique. Le tube en caoutchouc (masque) de ce dispositif permet l’injection et l’élimination ultérieure de l’air des poumons. Cette unité est capable de souffler dans les poumons environ un litre d’air pendant un cycle.

Lors de l’utilisation de l’appareil de respiration artificielle RPA-1, la victime est placée sur le dos, la cavité buccale doit être complètement nettoyée, un conduit d’aération inséré dans la bouche et un masque de la taille requise est mis. Les ceintures fixent le niveau d’étirement de la fourrure, dont dépend le volume d’air fourni.

Bien entendu, la présence constante d’un tel appareil est impossible. Par conséquent, les méthodes les plus courantes et les plus efficaces étaient et restaient la respiration artificielle artificielle bouche à bouche et bouche à nez.

De même, comme pour l’utilisation de l’appareil, la victime doit être débarrassée de ses vêtements serrés, la cavité buccale doit être nettoyée, les voies respiratoires doivent être dégagées et les mâchoires comprimées à l’aide d’un objet plat et solide. Rappelez-vous que la tête de la victime doit être rejetée. Cela vous permet de garantir la pleine perméabilité des voies respiratoires supérieures et de réduire les risques de chute de la langue.

Après cela, la personne chargée de l’assistance prend une profonde respiration et souffle de l’air dans les poumons de la victime, lui mettant la bouche à la bouche. La fréquence des injections varie de 12 à 16 fois par minute pour les adultes et pour les enfants de 18 à 20 ans. Pendant la période d’injection, le nez de la personne blessée doit être pincé et, après l’injection, ouvert.

En utilisant la méthode «bouche à nez», il convient de soutenir le menton et les lèvres de la personne touchée afin d’éviter que l’air soufflé ne sorte par la bouche.

Massage cardiaque

Un massage cardiaque fermé (indirect) est effectué dans le but de rétablir l’activité cardiaque de la victime. Cette procédure est la suivante:

  • initialement, la personne s’ajuste sur le dos;
  • le soignant est placé derrière la tête du blessé ou de côté, une paume est placée sur le tiers inférieur du sternum dans la région auriculaire et l’autre sur le dos;
  • une forte poussée des deux mains déplace le devant du sternum sur la colonne vertébrale de 4 ou 5 centimètres, après quoi les mains doivent être immédiatement retirées du thorax de la victime.

Ce type de massage doit être effectué dans le respect du rythme cardiaque habituel (60 à 70 pressions par minute).

La respiration artificielle et le massage cardiaque sont les activités de récupération qui doivent être effectuées en cas de décès clinique. Dans le cas où la personne qui fournit l’assistance n’en est pas une, le processus est beaucoup plus rapide. Par exemple, une personne effectue un massage cardiaque indirect et la seconde une respiration artificielle. Rappelons qu’au moment de l’injection d’air dans les poumons de la victime, il est interdit d’appuyer sur la poitrine!

Les premiers résultats positifs des premiers secours sont le rétablissement de la respiration et du rythme cardiaque, la constriction pupillaire, la peau rosâtre, la réponse à la lumière et aux sons et l’apparition d’un pouls.

En aucun cas, ne cessez pas de fournir une assistance si la victime ne revient pas à la raison. Continuez à effectuer toutes les actions jusqu’à l’arrivée d’une ambulance.


Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *