13.02.2019     0
 

Vous êtes enceinte? Quelle alimentation au cours de la grossesse?


Les besoins énergétiques varient très peu au cours de la grossesse, car le surcoût énergétique lié à la gestation est compensé par la réduction progressive de l’activité physique. On estime que les besoins sont, comme chez la femme non enceinte, de 2200 calories par jour au premier trimestre, 2400 au second, et 2500 au troisième.

La prise totale de poids au cours de la grossesse ne doit pas excéder 10 à 12 kilos. Le poids doit rester stable au cours du premier trimestre de la grossesse, augmenter d’1.5 kilo par mois au cours du second trimestre, et de 2 kilos par mois au cours du troisième trimestre

Cette prise de poids n’est évidemment pas la même pour une femme petite ou grande

Les besoins particuliers au cours de la grossesse

Le fer

Les besoins en fer passent de 12 mg par jour au début à 20 mg en fin de grossesse, soit 70% d’augmentation. On peut répondre à cette augmentation des besoins par une consommation de viande ou de poisson, de pain, de légumineuses, de légumes verts. Une supplémentation médicamenteuse peut être prescrite par votre médecin en cas de grossesse multiple, de grossesses rapprochées, de carence en fer ou d’anémie avant la grossesse, de grossesse chez l’adolescente, de régime végétarien.

Le calcium

Les besoins augmentent de 50% au moins au cours de la grossesse imposant la consommation de produits laitiers, d’eaux minérales riches en calcium (Contrexéville Pavillon et source légère, Vittel Hépar, à un moindre degré Vittel grande source et Badoit)

Le sel

Sauf problème pathologique, les apports en sel n’ont pas lieu d’être modifiés au cours d’une grossesse normale.

Les folates (vitamine B9)

La supplémentation en folates en cours de grossesse s’impose à deux moments (sur décision du médecin)

  • avant la grossesse et au cours des trois premiers mois:
  • à partir du 6ème mois.

Les aliments riches en folates sont la levure, les épinards, le cresson, les choux, les oeufs, le foie. Une supplémentation médicamenteuse peut être proposée en fin de grossesse (souvent on combine le fer et la vitamine B9 dans le même médicament).

La vitamine D

Elle contribue au maintien du pool de calcium chez la mère et l’enfant. Une supplémentation médicamenteuse peut être nécessaire en cas de pigmentation cutanée, d’ensoleillement faible, de régime végétarien ou hypocalorique (sur décision du médecin)

L’alcool

Sa consommation, même à faibles doses entraîne des anomalies neurologiques graves chez l’enfant. L’exclusion totale de ce produit de l’alimentation s’impose.

Zéro alcool pendant la grossesse!

Quelques conseils particuliers

Nausées et vomissements

Fractionner les repas en petites collations prises toutes les deux heures. Attention dans ce cas à garder une alimentation variée, à ne pas augmenter la quantité de sucreries.

Faim exacerbée

C’est un problème majeur de la grossesse. Si vous voyez que votre poids décolle de la courbe théorique (voir ci-dessus), faites attention:

  • buvez un grand verre d’eau immédiatement avant, et pendant le repas,
  • buvez beaucoup entre les repas et chaque fois que la faim se fait sentir,
  • consommez un maximum de légumes, frais ou en conserve (faible pouvoir calorique, volume élevé),
  • Pensez à consommer votre portion de féculents ou de pain au petit déjeuner, à midi pour votre satiété et éviter ainsi les petits creux,
  • Et pensez aux laitages maigres si vous avez toujours faim.

Envies et dégoûts

Si les envies sont raisonnables, pourquoi ne pas les intégrer dans la ration? Les dégoûts sont en fait beaucoup plus fréquents que les envies, et doivent imérativement être respectés, car ils peuvent entraîner des vomissements

Brûlures d’estomac

Elles sont fréquentes, et peuvent être combattues par le fractionnement des repas, et en commençant les repas par un laitage ou un féculent.

Colite

Elle se traduit par une alternance de diarrhée et de constipation, des douleurs abdominales à type de spasmes, des flatulences. Buvez beaucoup, évitez les féculents (sauf le riz et la semoule de blé). L’attitude face au fibres végétales dépend des cas: elles doivent être augmentées si la constipation domine, mais elles entraînent souvent des fermentations responsables de gaz, et donc de douleures abdominales. Difficile problème.

Constipation

Si elle ne s’associe pas à une colite, augmentez votre ration de légumes (frais, en conserve, crus ou cuits), consommez des compotes de pommes ou de pruneaux, des fruits frais.


Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *